Le principe

Février sans supermarché est un mouvement qui a débuté en suisse sous l’impulsion de En-vert-et-contre-tout afin d’amener les gens à diversifier leurs modes d’approvisionnement et encourager les petits commerçants et producteurs locaux.

On entend par petits commerçants, les boulangerie, épicerie locales, fromagerie, boucheries, producteurs locaux, etc.

Le but du défi est d’éviter les supermarchés, centres commerciaux et grandes enseignes durant tout un mois !

Pour tout connaitre du défis rendez-vous sur le site du défis !

 

Faire au mieux !

Il faut faire au mieux ! Participez à votre rythme même si vous savez que n’allez pas réussir à 100%, ça n’est pas grave, l’important c’est de diversifier ses sources d’approvisionnement, de chercher d’autres solutions et de prendre du plaisir.

Ne culpabilisez pas, commencer c’est déjà beaucoup !

 

« Ce défi est une redécouverte de votre quartier, des commerçants, des producteurs et pas une une restriction ! »

 

 

Pourquoi je fais « février sans supermarché »

En tant qu’écolo engagée, une de mes priorités est de prioriser le commerce local. Cela permet d’encourager l’économie de nos régions, de créer de l’emploi, de diminuer notre impact en CO2, d’encourager l’entraide et la convivialité.

Aujourd’hui les supermarchés grâce à de très gros moyens mettent la main mise sur le commerce, détruisent l’emploi local en écrasant les indépendants.

Par ailleurs, nombre de produits de supermarché sont issus de l’industrie agro-alimentaire qui tire les prix vers le bas en diminuant la qualité de leurs produits et en produisant loin de chez nous. C’est mauvais pour l’économie locale, pour la planète et pour notre santé. J’ai donc choisi de refuser ces produits.

Je cherche à avoir le contrôle sur ce que j’achète, avoir une traçabilité complète, savoir ce qu’il y a dans ce que je mange et savoir ou va mon argent.

Je souhaite retrouver de l’indépendance dans mes choix de consommation. C’est pour cela que j’ai commencé le zéro déchet, la consommation locale et que j’ai arrêté d’aller dans les supermarchés, centres commerciaux et compagnie.

 

Les avantages

  • Consommer plus local et/ou bio ce qui dynamise l’emploi et réduit ton impact. C’est également meilleur pour la santé !
  • Découvrir des commerces et des produits. Retrouver la vraie qualité des produits et prendre plus de plaisir à manger.
  • Réduire son impact. Notamment en réduisant le transport des produits et en encourageant des commerçants indépendants à la place de multinationales.
  • Gérer son budget et diminuer ses dépenses. J’achète que ce dont j’ai besoin et pas ce que l’on me vend.
  • Partager des découvertes et de la convivialité. Récolter des astuces et recettes auprès des commerçants, discuter des produits, rencontrer les producteurs.
  • Encourager l’emploi et la diversité de commerces. Les grandes enseignes réduisent leurs besoins de part leur taille et l’automatisation. Le commerce et la production locale est créateur d’emploi de qualité.

 

« Consommer sans supermarché, c’est retrouver ses essentiels de vie, ce dont on a vraiment besoin. »

 

Les désavantages

  • Il faut faire plusieurs magasins car tout n’est pas aux mêmes endroits.
  • Redécouvrir et chercher les commerces peut prendre du temps.
  • Il faut cuisiner et préparer les aliments bruts.
  • Certains produits sont difficiles à trouver hors centre commerciaux.

Et le budget alors ?

Ce que j’entends tous les jours, c’est : oui c’est gentil mais moi, je n’ai pas les moyens.

Je le répète encore et toujours, j’ai un très petit budget et j’ai réussi sans problème à le faire. J’ai même réalisé beaucoup d’économies. Je connais plusieurs personnes qui vivent en bio et vrac à 100% et qui vivent avec des budgets inférieurs à 2000 CHF/mois.

 

Comment c’est possible ?

J’ai adopté un mode de consommation résonné et plus minimaliste. J’ai réduit mes besoins notamment parce que lorsqu’on ne voit pas les produits, on n’a pas envie de les acheter. Les magasins vrac, les petites épiceries, les marchés n’ont pas tout l’assortiments des centres commerciaux, ils n’utilisent pas le marketing à outrance pour vous vendre pleins de produits. Consommer sans supermarché, c’est retrouver ses essentiels de vie, ce dont on a vraiment besoin.

 

« Lorsque je ne vois pas, je n’ai pas envie d’acheter, donc j’achète moins. »

 

En adoptant le mode de vie zéro déchet, j’ai cessé d’acheter beaucoup de choses : serviettes hygiéniques, lingettes démaquillante, papier ménage, produit ménagers, lessive, cure-dent, cutips, éponges, …  Cela fait beaucoup d’économies.

Les produits locaux et de saison ne sont pas plus cher, essayez le marché et cherchez les producteurs régionaux. Il existe des visites de marché, notamment les visites par Funambuline.

Je n’achète que des produits bruts et pas de produits transformés, ils sont donc peu cher. Certes cela demande de cuisiner, mais il faut cuisiner simplement et organiser pour faire de grosses quantités qu’on peut servir plusieurs jours.  Privilégiez la simplicité. 😀

 

« Il ne faut pas penser que l’on pourra faire comme avant ! Il faut changer ses habitudes. »

 

Est-ce que c’est si compliqué ?

Apprendre la cuisine est compliqué si on n’en a pas envie mais cela devient un jeu si on a décidé de faire autrement.

Partez à la découverte de votre ville, de votre quartier, des commerçant, retrouvez du contact humain et cessez de voir vos courses hebdomadaires comme une corvée. Ce n’est pas une corvée, se nourrir c’est l’essence de la vie, bien se nourrir c’est faire un pari sur l’avenir.

Au début, il faut chercher des solutions que l’on ne connait pas, c’est pour cela que le groupe existe !

Mes conseils pour un février sans supermarché sans pression

 

Organiser ses courses

Faites du repérage, faite la liste des commerces dont vous aurez besoin. Pensez aux rayons qui composent un supermarché : Boulangerie, boucherie, poissonnerie, épicerie, produits laitiers, fruits et légumes, etc.
Cela vous permettra de faire un premier repérage des commerces dont vous aurez besoin. Apprenez à redécouvrir votre quartier, cherchez les commerces les plus proches de chez vous. Cherchez les adresses proches de vos lieux de vie, travail, maison, salle de sport, école des enfants, etc.

Utilisez le groupe facebook « Février sans supermarché » de votre région pour trouver de nouvelles adresses.

Organiser votre circuit de course. Au début, vous tâtonnerez, puis vous organiserez votre circuit de course afin qu’il soit le plus pratique pour vous.
Pourquoi ne pas prendre votre pain à coté de votre travail s’il y a une boulangerie plus proche que chez vous ? Madame va au sport le soir ? passez prendre le pain. L’épicerie est à côté de la crèche ? papa s’y arrête en prenant les enfants.

 

Redécouvrez les marchés locaux pour les produits frais.

Sur le marché vous trouverez de la viande, des légumes, des fruits, des produits laitiers, et à peu près tout ce dont vous avez besoin pour manger. Vous pouvez faire une liste de course, mais éviter la liste trop précise car vous ne trouverez peut-être pas ce que vous voulez, mais vous trouverez des choses insoupçonnées. Laissez-vous surprendre.

Demandez conseil aux commerçants, ils ont pleins d’astuces et d’idées pour mettre en valeur leurs produits.

Attention n’y allez pas à 11h, c’est l’heure de pointe. 😉

Pensez à manger de saison.
Aller faire ses courses hors supermarché, c’est aussi apprendre à manger de saison. En février, pas de tomate, mais tellement d’autres légumes ! Profitez-en !

 

Impliquez toute la famille et parlez-en autour de vous !

C’est bien connu, si l’on s’entraide, c’est plus sympa, on gagne du temps et on passe du temps ensemble ! Les courses, la cuisine, les achats familiaux, c’est l’affaire de la famille ! Impliquez votre famille dans ce défis, expliquez le aux enfants, aux conjoint.e, aux grands-parents, etc. Changer ses habitudes doit être l’occasion de créer du lien social et de passer du temps ensemble.

Séparer pour mieux s’organiser
Si l’on vit en couple, en colloc ou autre, vous pouvez également vous diviser les lieux de course, cela permet de réduire le temps de courses. Chacun fait 3 magasins et en 1 heures on se retrouve à la cuisine pour ranger les courses. C’est moins convivial mais si l’on a peu de temps, c’est une solution.

Parlez-en autour de vous.
En parler permet de rester motiver et de s’entraider ! N’hésitez pas à partager le défis avec vos proches, ça sera plus amusant.

 

Privilégier la simplicité.

Suivre les saisons, cuisiner simplement, donner du sens à ce qu’on achète et ce qu’on mange. Ne pas se prendre la tête à cuisiner des grands plats, chercher la consommation simple et raisonnée.

 

Est-ce que je reviendrais en arrière ?

Assurément jamais ! Prendre le chemin de la consommation éco-responsable en arrêtant le supermarché c’est ne jamais revenir en arrière tant les avantages sont nombreux. Santé, bien-être, respect de ses valeurs, convivialité, économie, … L’essayer c’est l’adopter !

 

« Alors, on se lance ? »

Tu ne veux rien rater des nouveautés du blog ?

Echange avec moi sur les réseaux

Flèche lausanne en vrac

Tu apprécies le blog et tu souhaite me soutenir dans mon travail ? 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Pin It on Pinterest

Share This

Cet article t'as plu ? partage-le